XIVème siècle

La justice et les justiciables

Dans ces pages, nous trouvons de nombreux textes faisant référence à des décisions de justice. Ces documents sont tellement nombreux que l'on pourrait croire à tort que les justiciables y faisaient largement appel.

Les travaux des champs

L'église contribuait largement au maintien de l'ordre public. La peur du clergé et l'influence de la religion contribuaient à l'obéissance et à la bonne conduite.

Par contre, certainement que certains recours à la justice ont été" inspirés," certains paysans avoueront dans certains procès qu'ils ont été "mal inspirés", le curé n'avait-il pas un certain rôle? Beaucoup de mesures administratives étaient annoncées en chaire par le prêtre, celui-ci était souvent placé sous le contrôle du château. Tous les manants devaient assister aux offices sous peine de sanction. En cas de manque d'eau, les meuniers pourront avec l'autorisation du curé moudre le dimanche ou jour de fête.

A Busset, le Comte percevait aussi la dîme pour le compte du clergé, ceci ne sera pas sans opposition de la part des paysans qui dénonceront les abus. Au cours des procès dont on va prendre connaissance, nous ne voyons pas souvent, surtout au cours des XIV au XVI ème siècle, gagner les petites gens. Cependant, nous verrons que cela n'empêchera pas les Bussétois de se représenter devant cette justice pour se faire rendre raison et améliorer leur sort.

Les paysans ne sont pas toujours bien informés de leurs droits. La fraude ne cesse de se répandre au moyen-âge, le paysan essayant de dissimuler une partie de sa récolte et de son bétail.

Aspect intérieur d'une maison

Busset eut à souffrir des différentes guerres et notamment de la guerre de cent ans et même si le château n'a jamais été pris, de nombreux pillages ont dévasté nos campagnes (alliance entre Bourgogne et Aquitaine). A tel point que bien que dénombrant quinze feux, seuls quatre seront imposés pour le sens.

Le Comte devra même faire quelques sacrifices pour repeupler les campagnes où gagnait la friche.

Aspect extérieur

Ces paysans cultivaient du blé, du seigle, de l'avoine, de l'orge, des pois, des fèves, des châtaignes, des oignons et des choux. La viande était rare bien que l'élevage de volailles, de cochons soit bien répandu. On buvait du cidre et surtout de l'eau. Presque tous les paysans et manœuvriers étaient endettés et incapables de payer leurs impôts. Des terres seront saisies par le comte, c'est ainsi qu'il deviendra propriétaire de l'étang Empereur.

Le bœuf et plus précisément la vache sert de traction des différents charrois.

Les foires et marchés

Les maisons étaient faites de pierres, matériau commun et de pisé (terre et paille mélangée). Les maisons étaient recouvertes de chaume de seigle, ce n'est que plus tard que seront exploitées l'ardoise (L'ardoisière ), et la tuile (tuilerie de Neslin).

Les maisons ont de petites ouvertures, on les ferme avec un volet de bois.

Les forêts occupent beaucoup de monde, les animaux vont y quérir leur nourriture (on y trouve vaches, cochons...) le gibier y est abondant, on y exploite le charbon de bois; les hêtraies sont nombreuses. La forêt apporte la nourriture, de quoi se chauffer; elle est aussi un refuge contre les bandes qui rançonnent les campagnes.

Les rendements des terres sont faibles, la fumure est peu employée et nos sols sont pauvres.

page suivante

page précédente

 

retour sommaire