1431: Jeanne d'Arc est brûlée vive à Rouen, place du marché.

 

14 juillet 1434:

Transactions passée devant Cornil notaire entre noble et puissant seigneur Hyves de Tourzel, seigneur d'Allègre et de Busset d'une part et Jean et Guillaume Cornil frères, Jean Gaston, Pierre Barnoit, Garite, femme de feu Guillaume Barnoit son fils, d'autre part sur ce que le seigneur de Busset vouloit les obliger à faire 8 manœuvres soit à bœufs, soit à bras, comme les autres habitants de Busset et les dits paertenieurs, au contraire prétendoient n'en devoir que trois, attendu qu'autrefois, ils n'étaient points vassaux du seigneur de Busset mais du seigneur de Quinsat duquel ils avoient été acquis, qu'ils ne devaient que trois manœuvres. 

La taille : impôts directs. C'est depuis 1439 un impôt royal établi à l'origine pour pourvoir aux besoins de l'armée permanente, elle ne concerne que les roturiers( c'est ceux qui ne sont pas membres de la noblesse) permettant de pas être soumis à la taille présente un avantage appréciable. Les assesseurs fixent le montant de l'impôt entre les feux.

On utilise le moulin et le four du seigneur.

L'intérieur d'un four banal

Les aides : impôt sur la consommation et sur la circulation des denrées.

La rente seigneuriale est difficile à percevoir ; assise pratiquement sur chaque parcelle de sol, elle nécessite un lourd appareil d'archives : un registre terrier, les valeurs de mesure étaient très nombreuses en Bourbonnais

Le cens : redevance annuelle due au seigneur et la rente féodale par excellence. C'est le loyer de la Terre.

Les devoirs du vassal : le vassal doit à son suzerain aides et conseils. Ces obligations, d'abord vagues se précisèrent peu à peu. Avant tout, le vassal est le soldat a de son seigneur qu'il accompagne à toutes les expéditions. Il témoigne pour lui en justice, certains jours, il est de garde au château. Le vassal doit encore à son suzerain le service de conseil, c'est-à-dire qu'il doit venir à sa cour, dans les grandes occasions, et être le juge à son tribunal. Enfin, il doit dans des circonstances bien déterminées, payer quelques impôts féodaux. Les deux principaux sont le "relief" et l'aide aux quatre cas. Les fiefs, on l'a vu étaient devenus héréditaires mais, l'héritier était tenu, à la mort de son prédécesseur, de payer au seigneur une somme appelée "relief". Plus tard, quand l'argent commencera à jouer à nouveau un grand rôle, le vassal sera tenu d'aider financièrement son suzerain dans quatre circonstances où celui-ci aura à faire de grosses dépenses : quand le seigneur arme son fils aîné Chevalier; quand il marie sa fille aînée, quand, fait prisonnier, il doit payer une rançon ; quand il part pour la croisade.

Des différents métiers de l'époque.

Le cordonnier

9 juin1444:

Deux grosses en parchemin d'une transaction passée devant Genthomme, notaire entre Dame marguerite d'Apchier, Dame d'Allègre et de Busset, veuve d'Hyves d'Allègre et tutrice de Bertrand d'Allègre leur fils d'une part, Jean Planche l'aîné, Pierre et Jean Planche frères d'autre part sur ce que ladite dame vouloit obliger les dits Planche à faire 8 manœuvres à bœufs ou à bras comme les autres habitants de Busset où à les payer en argent comme il est dit dans la précédente transaction; ; et les dits Planches au contraire soutenoient n'y être point tenus, attendu qu'ils étaient originairement vassaux de ladite Dame de Busset des biens du seigneur de Mont Gilbert seigneur à qui, ils ne devoient que trois manoeuvres à bras.

Et sur ladite difficulté les parties sont convenues que les dits Planche ne seroient tenus de faire tenu pour chaque an que quatre corvées à bœufs ou de payer pour chacune d'icelle trois sols, et à défaut de bœufs, quatre manœuvres à bras ou pour chacune d'icelle, un sol six deniers.

1477: la Bourgogne devient française.

Les bandes de pillards et bandes armées entre Bourgogne et Guyenne seront moins nombreuses, nos campagnes souffriront donc moins

1er décembre 1478:

Moulin bannaux. Reconnaissance passée devant Jaquary notaire par Antoine Satrin de la paroisse d'Arronnes en faveur de Mme Bertrand d'Allègre, seigneur Busset, Puyagut, Bancherel, et Coutois d'un devoir de six setiers, deux quartons de sègle, mesure du grenier de Busset avec toute directe seigneurerie, intrage, muage etc.. cause d'un moulin bannier situé en la justice de Coutois, au terroir des étangs avec la maison, sous l'obligation de faire bâtir et édifier près du dit moulin une maille à mailler le chanvre aux dépens du dit Jean Satrin et de faire moudre le grain pour la dépense du dit seigneur au cas qu'il fasse résidence au lieu du temple et de mailler tout le chanvre qui lui appartiendra sans en prendre aucun droit. Comme aussi le dit Satrin est chargé de la conservation de la chaussée des dits étangs et d'obvier à ce qu'elle se rompe, maille et maison à moins que le tout soit en bon état, sans aucune diminution du cens ancien établi par le monsieur Yves d'Allègre seigneur. (16C-127)

Aux yeux de Louis XI, la taille n'est pas exceptionnelle. C'est la redevance régulière que doit payer la terre.

Les tisserans

11 Novembre 1488:

actes de foy et hommage fait à Pierre duc de Bourbonnais et d'Auvergne, tant à cause des dit duché d'Auvergne qu'à cause de son châtel,et chatelnie de Billy, par Bertrand d'Allègre écuyer, seigneur de Busset pour raison de la baronnie de Puyagut, la chatelnie de Busset, Champriest de Bramefin, côte fol, Blancherel, le temple, les Planche et les Bléttières, savoir ladite baronnie de Puyagut, de Champriest de Bramefin mouvant du ducher d'Auvergne, côte fol, Blancherel, le temple, les Planches, et les Bléttières mouvant de la chatelnie de Billy ladit foy et hommage signé par Mgr Le duc.

Ledit acte de foy et hommage en parchemin dont il y a copie en papier collationné le 4 juin 1691 par Martin.

18 avril du 1493 : traités de mariage entre Charles de bourbon, seigneur d'Aubigny et Catherine d'allègre.

Acte de foy et hommage fait par le seigneur de Busset au duc Pierre de bourbon.

L'homme de village

page suivante

page précédente

 

retour sommaire